Paris, j’irai marcher sur tes toits

Je rêve depuis longtemps de fouler les toits parisiens !

Après avoir parcouru, le coeur vibrant, ceux de Buenos Aires, me voici dans notre capitale, prête à aller tutoyer tuiles et cheminées.

Mon premier succès fut le toit des Archives Nationales, au coeur de Paris. Ce très beau bâtiment est l’Hôtel de Soubise. Plusieurs fois centenaire, cette bâtisse imposante dégage un certain charme et une classe bien française. Je me baladais de rues en rues, cherchant un toit accessible. C’est tout à fait par hasard que je me suis retrouvée au coin de la rue des Archives et que j’ai découvert l’échafaudage. Eureka ! J’avais trouvé l’endroit parfait. Cette structure métallique qui atteignait le toit résonnait comme une invitation. J’évaluai rapidement l’accessibilité de l’échafaudage et ne tardai pas à trouver l’endroit par lequel j’allais monter. Ici, pas d’échelle entre les différents niveaux. Avant d’entamer mon ascension, mille doutes me traversèrent l’esprit. « Et si c’était grave ? », « Et si j’étais vraiment arrêté ? » « C’est le toit des Archives Nationale, est-ce que je risque gros? ». Je m’efforçai de chasser rapidement ces pensées négatives de mon esprit et me recentrai sur ce qui m’animait à l’intérieur. Je voulais voir la vue qu’il y avait de là-haut, marcher sur ce toit et prendre des photos. Et le plus simple, c’était de me hisser jusqu’au haut de cet échafaudage. C’est tout. Alors, pendant quelques secondes, j’ai arrêté de penser, j’ai oublié les passants et les voitures et je me suis concentré sûr les premiers barres où j’allais poser mes pieds. J’ai du grimper le long d’un tube, le dos contre la façade et m’aidant des barres de fer de la structure métallique . Un jeu d’enfant ! L’adrénaline de mes premiers échafaudage était loin. C’est l’esprit tranquille que je progressais vers le sommet.

Une fois là-haut, j’ai enjambé les barres de métal qui me séparaient du toit, puis j’ai pu marcher tranquillement le long de la large bordure de pierre. La vue sur l’ensemble du toit était superbe, tout comme la vue sur les cours intérieures. Autour de moi, Paris s’étendait. Le centre Pompidou et ses tubes multicolores, contrastait avec le reste des toits. Le ciel gris métallique m’offrait un rendu exceptionnel et le fait d’avoir sous les pieds un bâtiment si vieux, rendait ce moment plus magique encore. Le coeur léger, je commençai à explorer ce toit, mais ce fut de courte durée car un gardien surgi d’une petite tour de pierre. Je lui ai rapidement expliqué ma présence insolite sur ces lieux, puis il m’a accompagné jusqu’en bas. Je dois dire qu’il était vraiment sympa ! Le gardien le plus cool de Paris et peut-être même de France ! Si vous me lisez monsieur, je voulais vous remercier pour votre gentillesse !

Je discutais donc avec ce monsieur sur le toit, quand son responsable lui a dit par talkie-walkie que la police était en route. C’est le jeu, l’aventure continue ! Comme je n’allais pas redescendre par l’échafaudage, j’ai suivi le gardien, qui m’a fait passer par un endroit fermé au public, une partie ancienne, où trône des livres poussiéreux sur de vieilles étagères de bois. Là, je me suis dit que j’avais rudement bien fait de grimper jusque là. C’était comme un bonus qui rajoutait de la valeur à cette escapade. Comme…une cerise sur le gâteau ! Comme la chantilly sur la crêpe au Nutella !

Quelques minutes plus tard, après avoir longé un vieux couloir, emprunté un ascenseur, traversé une petit cour, nous voici dans la grande cour d’entrée. Peu de temps après,  un jeune travaillant sur place nous indique que la police est sur les lieux. Ils sont 4, en civil, avec leur brassard « Police ». S’en ai suivi un échange cordial et sympathique, durant lequel je leur expliquai la raison de ma présence sur ce toit. Eux aussi ils sont vraiment cools. Merci messieurs, vous êtes top ! Après avoir pris mon identité, vérifier mon sac à dos, voilà que la personne que l’un d’eux a au bout du fil souhaite faire effacer mes photos. Là ça me plait moins… j’essaie d’esquiver mais c’est soit ça, soit le commissariat. Avec regret, j’efface une à une ces précieuses photos audacieusement acquises. Puis ils me laissent quitter les lieux après m’avoir rappelé que faire ça, ça pouvait mener au tribunal, que je risquais une amende etc… Bon, je pense que c’est juste pour tenter d’éteindre de futures envies de retourner marcher sur les hauteurs parisiennes. Mais ce n’est pas demain que cette flamme pour les toits s’éteindra !

Sur le chemin du retour, je pense à ces photos disparues à jamais. Je partage donc sur le groupe facebook des toiturophiles un petit post narrant mon aventure. Et là, rebondissement ! Voilà, que l’on m’explique qu’il est possible de récupérer des photos effacées ! Mon sourire revient aussitôt, une joie soudaine m’envahie. Je télécharge le logiciel et voilà qu’après quelques minutes de manip’,  je récupères mes chères photos. C’est fantastique ! Voici donc pour vous chers lecteurs, ces fameuses photos prises en ce dimanche 13 septembre 2015, sur le toit de l’Hôtel de Soubise, bâtiment qui renferme le Musée des Archives Nationales.

N’oubliez pas de sortir du cadre et des règles établies quand il s’agit de faire de belles choses ! Vivez, explorer, savourez le monde !

A très bientôt sur d’autres toits !

Publicités

Une réflexion sur “Paris, j’irai marcher sur tes toits

  1. Une chose bien parisienne qui me manque quand j’y pense, c’est que quelques années, j’ai habité un dernier étage d’un immeuble post-hausmannien perché entre République et la porte St-Martin sur les tas de gravats du creusement des boulevards, bref un sommet topographique avec vue au-dessus et par-delà les toits du 3è arrondissement… Notre-Dame, l’Institut, la tour Montparnasse, la Tour Eiffel, et une mer de toitures en zinc… C’était grandiosissime !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s